VetoPartner : logiciel vétérinaire
 
Vous êtes ici: Le logiciel > Diagnostic VetoPartner

Diagnostic VetoPartner

Disponible à partir de la version 147.

A quoi sert ce diagnostic ?

Il est conçu sur le principe d’un constat d’éventuels dysfonctionnements sur une session Windows à une date/heure donnée. Le constat est signé par la personne qui le réaliste, puis il est enregistré dans la base de données de VetoPartner. Il ne peut alors plus être modifié, ni supprimé. La seule possibilité est de faire un nouveau constat.

On ne parle pas de diagnostic d’un ordinateur, mais de diagnostic au niveau d’une «session Windows».
Il peut y avoir plusieurs «utilisateurs» dans Windows. Lorsque vous démarrez votre ordinateur, vous choisissez (ou pas) un utilisateur. Une session Windows est alors ouverte. Même si vous ne choisissez pas un utilisateur, un choix est tout de même fait pour vous par défaut.

Conclusion : il faut faire un constat par session Windows.

En gros, voici les avantages d’un constat :

  1. Déterminer en un clic si il y a des problèmes. Si nous devions faire ce travail manuellement, cela prendrait un temps très important, au risque d’oublier des étapes.

  2. Faire de la prévention : « mieux vaut prévenir que guérir ».

  3. En conservant en mémoire un constat, il n’est plus possible de tromper le support de VetoPartner (vous savez, ces êtres charmants au téléphone, toujours dévoués, mais qui peuvent finir par être fatigués tellement on leur téléphone pour des sujets qui ne les concernent pas :-) en expliquant « on a rien touché, promis ». Nous avons tellement l’habitude… :-) Donc avec un constat, on ne peut plus nous la faire.

Nous exigeons désormais qu’un constat soit réalisé et enregistré sur chaque session Windows si un technicien réalise une nouvelle installation, ou la liaison avec de nouveaux appareils (analyseurs, radios numériques, douchette, NAS, Espaces de stockages, matériel réseau, etc). Cela permet qu’en cas de problème, le technicien soit immédiatement au courant et ne puisse pas s’échapper de la clinique avant d’avoir réglé ses problèmes :-)

Ce diagnostic ne peut pas TOUT tester.
Certains détails sont volontairement absents de ce diagnostic comme un test d’envoi d’email ou de SMS parce que cela suppose de pouvoir vérifier dans un second temps sur une messagerie ou sur un téléphone si le courrier a bien été reçu. Ce genre de test existe depuis toujours dans la bibliothèque de courriers de correspondances.

La majorité des problèmes susceptibles d’être détectés par ce diagnostic ne dépendent pas de VetoPartner.

Donc s’il vous plait, ayez pitié du support technique de VetoPartner en ne bondissant pas sur le téléphone pour ce qui ne les concerne pas. D’où la lecture du tableau si dessous qui vous indiquera qui appeler si après avoir essayé vous-même (c’est comme cela qu’on apprend) vous ne trouvez pas la solution.

Qui contacter en cas de problème ?

Test Explications et qui contacter en cas de problème
1 Cet ordinateur Simple description de la machine. Aucun test réalisé. Permet juste de connaître le type de processeur, ce qui nous fait savoir comment Windows a organisé ses répertoires.
Donne surtout des informations sur la (ou les) adresse(s) IP de la machine, donc permet de supposer la présence de plusieurs interfaces réseau (carte physique, wifi (beurk), CPL (re-beurk)…)
2 Cette session WindowsSimple description de la machine. Aucun test réalisé.

Le « GUID Computer » est le plus intéressant : c’est un identifiant unique à l’échelle de la totalité des ordinateurs de la planète qui est généré par VetoPartner la première fois qu’il est lancé. Il marque ainsi son territoire en identifiant la session sur laquelle il fonctionne. Mais il sait rester propre…

En informatique, on identifie tout. C’est une règle. Rien ne peut fonctionner sans identifier tout ce qui nous entoure. Nous même, à l’échelle de notre pays, disposons d’un identifiant unique : notre numéro de sécurité sociale.
3 Base de données Aucun test réalisé. C’est la même chose que ce qui est paramétré depuis le menu « Configuration/Où est la base de données ».
4 Firebird (local)Précise le n° de version de FireBird utilisé (moteur de base de données). Pas content si une version non prescrite est installée.
Concerne le support de VetoPartner, même si ce n’est forcément pas le support de VetoPartner qui a pu installer une autre version que celle(s) prescrite(s).
5 Historique optimisations Chemin d’accès vers l’historique des optimisations : vous savez, cette fenêtre qui propose chaque semaine d’optimiser la base de données, et que malheureusement trop peu de personnes suivent. C’est comme ne jamais prendre soin de son animal. Un jour, il faut se précipiter chez son vétérinaire, et c’est peut-être top tard…On avait pourtant prévenu chaque semaine.

Test effectué : vérification du répertoire : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.
Si problème, alors contacter votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ce répertoire.

Ce répertoire conserve au maximum les 10 dernières optimisations. C’est une sécurité qui nous a permis de sauver un jour une clinique que ne faisait pas ses sauvegardes, mais qui heureusement avait fait très récemment une optimisation…tant mieux pour elle. C’est ce qui s’appelle avoir le « cul bordé de nouilles » (il faudra un jour qu’on m’explique l’origine de cette expression…)

Si l’emplacement de ce répertoire ne vous convient pas parce que votre disque dur principal est trop petit, alors voici l’astuce pour définir un autre emplacement (c’est un peu technique) :
1- Fermer VetoPartner
2- Ouvrir la base de registres de Windows (regedit)
3- Ouvrir la clé « HKEY_CURRENT_USER\Software\VetoPartner\Settings »
4- Modifier la valeur « PathOptimisation » et saisir un chemin d’accès local.
5- Relancer VetoPartner
6 Répertoire temporaire globalRépertoire « père » des sous dossiers temporaires.
Il y a plusieurs sous-dossiers sur un « Windows Serveur » sur lequel sont connectées plusieurs personnes en TSE (accès bureau à distance).

Test effectué : vérification du répertoire : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.
Si problème, alors contacter votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ce répertoire.
7 Répertoire temporaire sessionRépertoire temporaire réservé à VetoPartner pour la session Windows sur laquelle il fonctionne.

Test effectué : vérification du répertoire : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.
Si problème, alors contacter votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ce répertoire.

Analyseurs biologiques :
100 à 119IDEXX VetLabStationVetoPartner ne discute pas directement avec votre VetLabStation. Il échange simplement des fichiers avec le logiciel « IDEXX InterLink ». Lorsque vous faîtes une demande d’analyse, il dépose un fichier avec cette demande dans un répertoire. Puis il attend le retour des analyses au format PDF dans un autre répertoire. Ces fichiers PDF sont créés par « IDEXX InterLink ». Ce logiciel ne doit être installé qu’à un seul exemplaire sur votre réseau local.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des fichiers PDF. Une fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Analyses disponibles » clignote sur toutes vos machines.

Les noms de ces fichiers PDF doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que le logiciel « IDEXX InterLink » ne nomme pas correctement les PDF. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec IDEXX. A eux de régler ce paramétrage.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des analyses.

3ème test effectué : vérification des répertoires des demandes d’analyses (Request), et des 2 répertoires de récupération des analyses (PDF et XML) : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Analyseurs laboratoire/IDEXX ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien IDEXX qui vous a installé le matériel d’analyse, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.

Autres cas de figure :

Peut-être utilisez-vous encore les anciennes méthodes devenues obsolètes depuis plusieurs années car plus supportées par IDEXX (depuis que la VetLabStation existe).

Dans ce cas, le problème se résume dans le meilleur des cas à un conflit de n° de port COM. Donc indiquer un numéro de port COM correct. Sinon, désolé, personne ne pourra vous venir en aide sur des techniques abandonnées par leurs créateurs (je ne parle pas de VetoPartner).
120 à 139FUJIFILM FaarmVetoPartner ne discute pas directement avec votre station FAARM de FUJIFILM. Il échange simplement des fichiers à travers une structure de répertoires. Lorsque vous faîtes une demande d’analyse, il dépose un fichier avec cette demande dans un répertoire. Puis il attend le retour des analyses au format PDF dans un autre répertoire. Ces fichiers PDF sont créés par la station FAARM de FUJIFILM.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des fichiers PDF. Une fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Analyses disponibles » clignote sur toutes vos machines.

Les noms de ces fichiers PDF doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que la station « FAARM » ne nomme pas correctement les PDF. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec FUJIFILM. A eux de régler ce paramétrage.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des analyses.

3ème test effectué : vérification des répertoires des demandes d’analyses (Request), et des 2 répertoires de récupération des analyses (PDF et TXT) : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Analyseurs laboratoire/FUJIFILM FAARM ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien FUJIFILM qui vous a installé le matériel d’analyse, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
140KITVIAVetoPartner ne discute pas directement avec votre analyseur KITVIA. Il attend l’arrivée des analyses au format PDF dans un répertoire. Ces fichiers PDF sont créés par KITVIA.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des fichiers PDF. Une fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Analyses disponibles » clignote sur toutes vos machines.

Les noms de ces fichiers PDF doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que KITVIA ne nomme pas correctement les PDF. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec KITVIA. A eux de régler ce paramétrage.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des analyses.

3ème test effectué : vérification du répertoire de récupération des analyses PDF : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Analyseurs laboratoire/KITVIA ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien KITVIA qui vous a installé le matériel d’analyse, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
141SCIL vIPVetoPartner ne discute pas directement avec votre station SCIL vIP. Il attend l’arrivée des analyses au format PDF dans un répertoire. Ces fichiers PDF sont créés par la station SCIL vIP.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des fichiers PDF. Une fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Analyses disponibles » clignote sur toutes vos machines.

Les noms de ces fichiers PDF doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que la station SCIL vIP ne nomme pas correctement les PDF. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec SCIL. A eux de régler ce paramétrage.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : vérification du répertoire de récupération des analyses PDF : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Analyseurs laboratoire/station SCIL vIP ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien SCIL qui vous a installé le matériel d’analyse, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
200Scil Vet ABCTest effectué : vérification de la présence d’un port COM.
Cela n’implique pas que l’analyseur soit effectivement branché (par forcément de rapport).
Il peut y avoir conflit si ce même numéro de port COM est utilisé par un autre système. Un port COM ne peut être utilisé que pour un seul système (un analyseur, un modem, etc). Il ne peut être partagé.

Avant d’appeler qui que ce soit, vérifier dans tout le constat si un autre système utilise déjà le même port COM (un autre analyseur, ou les tests n°400 et 900 (cas ContactMaster)), et éventuellement 100 à 119 si IDEXX est encore paramétré sur une méthode de communication obsolète.

Les ports COM (ou « Ports séries », ou encore « Ports RS232 ») disponibles sur l’ordinateur sont visible dans le panneau de configuration de Windows, dans le gestionnaire de périphériques.

Si vous ne trouvez pas, alors contacter la société qui vous a vendu votre analyseur.
201Scil Reflovet® Plus (canal 1)
202:Scil Reflovet® Plus (canal 2)
203Scil VetScan
204Scil Spotchem EZ
205Scil Spotchem EL
206Scil pocH 100iVDiff
207MS4
208MS4-5
209Ph.Diagnostics Rubis 18
210Ph.Diagnostics Diam's Vet
211LMG20
212FDC4000
213FDC3500

Radios numériques :
300IMEDSYSVetoPartner ne discute pas directement avec votre radio numérique. Il échange simplement des fichiers à travers une structure de répertoires. Lorsque vous faîtes une demande de radio, il dépose un fichier avec cette demande dans un répertoire. Puis il attend le retour de la radio dans le(s) format(s) prévu(s) dans un autre répertoire. Ces fichiers radios sont créés par la radio numérique.

Les noms de ces fichiers des radios doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que la radio numérique ne nomme pas correctement les radios. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec IMEDSYS. A eux de régler ce paramétrage.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des radios. Un fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Radios disponibles » clignote sur toutes vos machines.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des radios.

3ème test effectué : vérification des répertoires des demandes de radios, et du répertoire de récupération des radios : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Radios numériques/IMEDSYS ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien IMEDSYS qui vous a installé la radio numérique, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
301FUJIFILMVetoPartner ne discute pas directement avec votre radio numérique. Il échange simplement des fichiers à travers une structure de répertoires. Lorsque vous faîtes une demande de radio, il dépose un fichier avec cette demande dans un répertoire. Puis il attend le retour de la radio dans le(s) format(s) prévu(s) dans un autre répertoire. Ces fichiers radios sont créés par la radio numérique.

Les noms de ces fichiers des radios doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que la radio numérique ne nomme pas correctement les radios. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec FUJIFILM. A eux de régler ce paramétrage.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des radios. Un fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Radios disponibles » clignote sur toutes vos machines.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des radios.

3ème test effectué : vérification des répertoires des demandes de radios, et du répertoire de récupération des radios : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Radios numériques/FUJIFILM ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien FUJIFILM qui vous a installé la radio numérique, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
302AGFAVetoPartner ne discute pas directement avec votre radio numérique. Il échange simplement des fichiers à travers une structure de répertoires. Lorsque vous faîtes une demande de radio, il dépose un fichier avec cette demande dans un répertoire. Puis il attend le retour de la radio dans le(s) format(s) prévu(s) dans un autre répertoire. Ces fichiers radios sont créés par la radio numérique.

Les noms de ces fichiers des radios doivent être formatés avec une syntaxe bien définie. Si vous voyez apparaître des fichiers avec l’extension « .syntaxe_error », cela veut tout simplement dire que la radio numérique ne nomme pas correctement les radios. Il y a une convention de nommage qui a été décidée une fois pour toute avec AGFA. A eux de régler ce paramétrage.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des radios. Un fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Radios disponibles » clignote sur toutes vos machines.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des radios.

3ème test effectué : vérification des répertoires des demandes de radios, et du répertoire de récupération des radios : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Radios numériques/AGFA ».

Si le problème concerne les répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter soit le technicien AGFA qui vous a installé la radio numérique, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
399Non répertoriéeVetoPartner ne discute pas directement avec votre radio numérique, puisque dans ce cas de figure, il ne la connaît pas. Il attend simplement le retour de la radio dans le(s) format(s) prévu(s) dans un répertoire particulier. Ces fichiers radios sont créés par la radio numérique.

Un seul VetoPartner sur une de vos sessions Windows ouvertes est en charge de détecter l’arrivée des radios. Un fois détecté, il prévient tous les autres VetoPartner. Et c’est à ce moment-là que le bouton « Radios disponibles » clignote sur toutes vos machines.

1er test effectué : Est-ce qu’une machine est bien déterminés pour effectuer la surveillance, et laquelle ?

2ème test effectué : Si vous avez indiqué disposer d’un serveur équipé de « Windows Serveur » (utilisé en TSE), quel est le code licence VetoPartner de la session TSE en charge de surveiller l‘arrivée des radios.

3ème test effectué : vérification du répertoire de récupération des radios : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

En cas de problème, le paramétrage à revoir se trouve depuis le menu « Configuration/Radios numériques/Radio numérique non répertoriée ».

Si le problème concerne ce répertoire, alors après vérification de son existence, contacter soit le technicien qui vous a installé cette radio numérique, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
400Détection des appels téléphoniquesCas n°1 : détection via modem RTC
Si le problème concerne le port COM, alors suivre les mêmes explications que les tests n°200 à 213. C’est toujours le même principe. Si vous ne trouvez pas, alors contactez le support de VetoPartner.

Cas n°2 : détection via passerelle PhonePC
Contacter le prestataire qui vous avait installé PhonePC sur cette machine.

Cas n°3 : via détection de fichier
test effectué : vérification du répertoire de détection des appels : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier.

Si cette détection des appels téléphoniques est liée au logiciel « PimPhony », alors contacter le prestataire qui vous avait installé ce logiciel sur cette machine, sinon contacter votre informaticien.

Si le problème concerne ce répertoire, alors après vérification de son existence, contacter soit le technicien qui vous a installé cette radio numérique, soit votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.
500DouchetteAucun test réalisé.
Cela correspond juste à l’affiche de votre paramétrage depuis le menu « Configuration/Lecteur code barre - Datamatrix ».
600Espaces de stockagesPlusieurs tests sont réalisés :

Test n°1 : vérification que les répertoires pointés par les alias existent et disposent de tous les droits d’accès (lecture/écriture/suppression de fichier).
Au passage, VetoPartner vous informe du nombre de fichiers qui disposent d’un lien vers cet alias dans la base de données.

Si le problème concerne un de ces répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.

Test n°2 : vérification si tous les alias utilisés dans la base de données sont bien liés à un répertoire. Si problème, alors il vous faut retrouver l’emplacement des données qui étaient liées à cet alias. Vous seul pouvez le faire. La seule aide que peut vous apporter VetoPartner est de vous donner quelques exemples de noms de fichiers qui se trouvent dans ce répertoire disparu. Il sera alors possible de faire une recherche de ces fichiers par leurs noms sur vos disques durs. Mais en aucun cas le support de VetoPartner ne pourra faire de miracle si vous n’avez pas sauvegardé vos espaces de stockages régulièrement.
700Imprimante par défautAucun test réalisé. Juste l’affichage de ce qui est paramétré par défaut dans Windows, au niveau du panneau de configuration, section « Imprimantes ».
800EmailsUne vérification de cohérence du paramétrage est réalisée sur les comptes de messageries email des différents sites (menu « Configuration/Mes préférences/Cliniques du groupe/Coordonnées des sites », puis bouton vert « Compte de messagerie (email) de la clinique ».

Si l’adresse d’un site est complète, alors une vérification est réalisée au niveau de chaque utilisateur autorisé à se connecté sur le site pour vérifier si son compte de messagerie est identique à celui de la clinique (c’est le cas général). Si une différence est observée, alors elle est signalée sous forme de conseil (ce n’est pas forcément une erreur).

Pour rendre tous les comptes soient identiques (cas classique), alors rendez-vous dans la fenêtre de paramétrage du compte de messagerie de la clinique et cliquer sur le bouton bleu « dupliquer ce compte de messagerie pour tous les utilisateurs ».

SMS :
900Prestataire SMSSelon le prestataire :

Cas n°1 : « Je me débrouille tout seul ».
Aucun test, puisque vous vous débrouillez tout seul :-)

Cas n°2 : prestataire ContactMaster.
test effectué : vérification du répertoire paramétré pour le service ContactMaster : existence+droits de lecture/écriture/suppression de fichier. En cas de problème, contacter « ContactMaster ».
Pour faire un test d’envoi de SMS : soit menu « Configuration/Mes préférences/Logiciel SMS », soit menu « Configuration/Bibliothèque de courriers de correspondances ».

Cas n°3 : prestataire « OVH ».
Aucun test (comme expliqué en introduction de ce chapitre). C’est juste pour information.
Pour faire un test d’envoi de SMS : soit menu « Configuration/Mes préférences/Logiciel SMS », soit menu « Configuration/Bibliothèque de courriers de correspondances ».

Cas n°4 : prestataire « SMS Factor ».
Aucun test (comme expliqué en introduction de ce chapitre). C’est juste pour information.
Pour faire un test d’envoi de SMS : soit menu « Configuration/Mes préférences/Logiciel SMS », soit menu « Configuration/Bibliothèque de courriers de correspondances ».
901Rappels de rendez-vous par SMSAucun test réalisé. Juste pour information.

VetoAccess :
910Service VetoAccessDeux tests sont réalisés :

Test n°1 : vérification que les répertoires existent et disposent de tous les droits d’accès (lecture/écriture/suppression de fichier).
Si le problème concerne un de ces répertoires, alors après vérification de leurs existences, contacter votre informaticien. C’est une question de « droits Windows » sur ces répertoires.

Test n°2 : les chemins d'accès doivent être en notation réseau

Firewall :
1000Connexion Lombric (serveur de distribution mises à jour VetoPartner)Test effectué : VetoPartner se connecte sur le serveur et établi une rapide discussion du genre « Toi, ça va ? Moi pareil ». Bref, une discussion entre machines…super passionnant :-)

L’objectif est simplement de vérifier si personne n’empêche VetoPartner et le serveur Internet visé de discuter.

Si un problème est constaté, alors il s’agit très probablement d’un problème de FireWall. Evidemment, le premier réflexe est de vérifier si l’accès Internet fonctionne sur la machine.

Ensuite la méthode consiste, mise à part commencer par faire brûler un cierge, à s’intéresser au Firewall de votre ordinateur, au Firewall de votre Box Internet et éventuellement à celui d’un routeur présent sur votre réseau.

Le plus rapide est de commencer par couper les Firewall, les uns après les autres, en refaisant un test entre chaque coupure. On détermine ainsi qui est le coupable. C’est pour cela qu’il ne faut pas couper tous les Firewall en même temps.

Une fois déterminé, reste à paramétrer correctement le Firewall en lui demandant d’autoriser l’accès à l’adresse IP ou au domaine (c’est pareil) précisé dans le constat. Un domaine est la traduction lisible pour un être humain des chiffres d’une adresse IP.

Pour cela, contacter votre informaticien.
1002Connexion serveur VisioCareConsult
1005Connexion serveur ALCYONTest effectué : VetoPartner regarde quel est la centrale avec laquelle vous travaillez actuellement. Il essaye alors de se connecter au serveur FTP avec le paramétrage en place, puis il demande la liste des noms des fichiers tarifs mis à disposition par le serveur Internet. Si il obtient cette liste, alors il est content.

En cas de problème, vérifier le paramétrage de la centrale en lisant l’aide en ligne qui se trouve en cliquant ici Comment importer le tarif de ma centrale ?
1006Connexion serveur CENTRAVET
1007Connexion serveur COVETO
1008Connexion serveur HYPPOCAMPE
Licences VetoPartner :
1100Licences utiliséesAucun test réalisé. Juste pour information.
Permet de lister quelle session Windows utilise quelle licence VetoPartner.
1101Réservoir de licencesAucun test réalisé. Juste pour information.
Ne pas se précipiter sur le téléphone pour contacter le support de VetoPartner si le réservoir est vide. Juste en parler à l’occasion d’un appel téléphonique.

Le réservoir est juste une astuce mise en place il y a quelques années pour accélérer l’installation de nouveaux postes clients notamment pour les cliniques qui disposent d’une licence « N » postes (on ne compte plus le nombre d’ordinateurs). Lorsqu’on installe VetoPartner sur un poste client, il va piocher dans le réservoir une licence disponible. Ce qui explique pourquoi une installation est aussi rapide. Rien à saisir. Ça marche tout de suite.
…………………………………………………….
diagnostic_vetopartner.txt · Dernière modification: 2017/05/20 11:38 par yann